/medias/customer_2/3_Fonds_num_heberg/1_Archives/FRAD055_NUM/FRAD055_NUM_055NUM/StMihiel_Z0030_Glossarum_Varia_JPG/BM55_463_Z_Z0030_002_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/3_Fonds_num_heberg/1_Archives/FRAD055_NUM/FRAD055_NUM_055NUM/StMihiel_Z0030_Glossarum_Varia_JPG/BM55_463_Z_Z0030_003_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/3_Fonds_num_heberg/1_Archives/FRAD055_NUM/FRAD055_NUM_055NUM/StMihiel_Z0030_Glossarum_Varia_JPG/BM55_463_Z_Z0030_004_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/3_Fonds_num_heberg/1_Archives/FRAD055_NUM/FRAD055_NUM_055NUM/StMihiel_Z0030_Glossarum_Varia_JPG/BM55_463_Z_Z0030_005_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/3_Fonds_num_heberg/1_Archives/FRAD055_NUM/FRAD055_NUM_055NUM/StMihiel_Z0030_Glossarum_Varia_JPG/BM55_463_Z_Z0030_006_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/3_Fonds_num_heberg/1_Archives/FRAD055_NUM/FRAD055_NUM_055NUM/StMihiel_Z0030_Glossarum_Varia_JPG/BM55_463_Z_Z0030_007_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/3_Fonds_num_heberg/1_Archives/FRAD055_NUM/FRAD055_NUM_055NUM/StMihiel_Z0030_Glossarum_Varia_JPG/BM55_463_Z_Z0030_008_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/3_Fonds_num_heberg/1_Archives/FRAD055_NUM/FRAD055_NUM_055NUM/StMihiel_Z0030_Glossarum_Varia_JPG/BM55_463_Z_Z0030_009_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/3_Fonds_num_heberg/1_Archives/FRAD055_NUM/FRAD055_NUM_055NUM/StMihiel_Z0030_Glossarum_Varia_JPG/BM55_463_Z_Z0030_010_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/3_Fonds_num_heberg/1_Archives/FRAD055_NUM/FRAD055_NUM_055NUM/StMihiel_Z0030_Glossarum_Varia_JPG/BM55_463_Z_Z0030_011_jpg_/0_0.jpg
Accéder au visualiseur des médias : 277 médias

Les noces de Philologie et de Mercure.

  • Date :

    XIe siècle

  • Cote du document original (cadre de classement de la Bibliothèque bénédictine de Saint Mihiel) :

    Z 30

  • Description :

    Au catalogue de Saint-Evre (fol. 146 r°) : "Martianus de nuptiis filologie cum trivio et quadrivio volumen I".

    Le roman allégorique des Noces de Philologie et de Mercureécrit au Ve siècle par Martianus Capella peut être appelé « le livre de chevet des écoliers » au Moyen-Age (P.Riché). Il montre les sept arts libéraux, sous les traits de sept femmes, allant assister à des noces et exposant à cette occasion ce qu’elles apportent en cadeau. On a là le programme des connaissances profanes au Moyen-Age, organisé en deux cycles, le trivium (les trois matières littéraires : Grammaire – Dialectique – Rhétorique) et le quadrivium (les quatre matières scientifiques : Géométrie – Arithmétique – Astronomie – Musique). La connaissance de la science profane à travers les sept arts libéraux est considérée comme indispensable à la compréhension de l’Ecriture sainte et à la culture d’un chrétien.

     L’ouvrage de Martianus Capella paraissait si important aux maîtres des écoles monastiques que l’un deux, Notker de Saint-Gall, le traduisit en allemand dès le début du XIe siècle pour ses élèves qui connaissaient mal le latin.

     Le livre présenté ici provient de l’abbaye de Saint-Mihiel. Il s’agit d’un exemplaire commenté du traité de Martianus Capella, comme l’indique le titre : Incipiunt Glosae. VI. Libri de Geometria (Ici commence le commentaire sur le livre VI traitant de la géométrie) (fol. 174 r°). Selon une méthode pédagogique courante, le commentaire, après une introduction de quelques lignes, (donnant l’étymologie du mot géométrie, du grec , la terre, et metron, la mesure, et faisant référence à un passage biblique –Daniel, 3, 46- où les Chaldéens mesurent « géométriquement » le feu dans la fournaise des trois Hébreux) reprend les uns après les autres les mots du texte de Martianus et les explique ; les mots commentés sont marqués par un signe.